La post-vérité ou l’ère du vacarme médiatique

L’éditorialiste du New York Times William Davies explique que la nouveauté n’est pas que « la vérité soit falsifiée ou contestée, mais qu’elle soit devenue secondaire » dans la mesure où la vérité devient une opinion. Ainsi vivrions nous dans une démocratie des «crédules». La post-vérité serait le catalyseur d’un vacarme médiatique, c’est à dire d’une incapacité à penser et échanger ses idées de manière discursive. En cause, des dispositifs techniques, médiatiques et politiques qui proposent de l’information clivante ou fédératrice, mais toujours appauvrie, émotionnellement chargée et complaisante. La question est alors de comprendre dans quels champs médiatiques et politiques les dispositifs post- factuels se manifestent et dans quels cas l’émotion prend l’ascendant sur la raison.

Suite...